un derby de Madrid très tendu mais sans vainqueur

Actualités Espagne Football Monde Sport
80 Views

Le Real a dominé, l’Atlético a résisté dans ce derby âprement disputé mais au final les deux formations se sont quittées sur un nul 0-0 qui n’arrange personne. Le Barça est seul au monde.

Le Wanda Metropolitano assistait à son premier derby de Madrid ce samedi soir. Les deux équipes connaissent un début de saison poussif en Liga et possédaient déjà 11 points de retard sur le leader, le Barça, avant même le coup d’envoi. Autrement dit, une défaite ou un nul condamnaient déjà les deux formations dans la quête du titre après seulement 12 journées. Il fallait prendre des risques ce soir et réaliser quelques paris. Simeone optait pour une association Griezmann-Correa devant et la titularisation de Lucas Hernandez à la place de Felipe Luis en latéral gauche. Zidane alignait lui Ronaldo, Benzema et Isco en attaque.

Dans cette rencontre dans un contexte toujours tendu, ce sont les Colchoneros qui se procuraient une énorme occasion dès la 3e minute. Après un cafouillage à l’entrée de la surface, Varane remettait involontairement le ballon dans la course de Correa seul face au but. L’attaquant piquait son ballon sans accrocher le cadre. Après cette opportunité gâchée, les vingt-deux acteurs commençaient déjà à se chauffer. Griezmann se plaignait de l’arbitrage (16e). Déjà à terre après que l’arbitre ait sifflé, Benzema recevait un ballon en pleine poire de la part de Correa (18e). Quelques instants plus après, Carvajal calait une grosse semelle sur Lucas (20e). Un derby, un vrai.

Griezmann sorti sous les sifflets

Car dans le jeu, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. Le Real se montrait tout de même plus incisif en fin de première période. Après avoir combiné avec Ronaldo, Kroos se manquait face à Oblak (31e). Le gardien sauvait ensuite son camp sur un coup-franc de CR7 (34e) et Ramos ne parvenait pas à cadrer sa tête (36e). Sur ce coup là, le défenseur et capitaine devait céder sa place à la pause après s’être fait exploser le nez. Ce changement ne changeait pas vraiment la physionomie du match. Le Real s’installait doucement face à l’agressivité des Matelassiers. En contres, ces derniers arrivaient à inquiéter la défense merengue.

Sur un ballon égaré au milieu, Saul tentait d’ailleurs sa chance de loin mais c’était bien maigre (56e). La fin de rencontre devenait un peu folle. Ronaldo se loupait après une offrande magnifique de Modric (74e). Varane sauvait sur sa ligne un piqué de Gameiro (79e), qui venait de remplacer Griezmann encore peu tranchant, inoffensif et surtout sifflé à sa sortie. C’est ensuite Oblak qui s’employait face à Ronaldo (81e) alors que la frappe de Kroos obligeait le portier, suppléé par Savic à dégager son camp (85e). Une dernière munition de Ronaldo détournée par Lucas Hernandez (87e), auteur d’un bon match par ailleurs et la rencontre s’achevait sur un nul 0-0. Les deux formations peuvent quasiment faire une croix sur le titre.