Religion: Le «Notre père» sera modifié ce week-end dans toutes les églises de France

Actualités Russie Société
43 Views

La plus connue des prières chrétiennes va être modifiée. Les catholiques ne diront bientôt plus « ne nous soumets pas à la tentation », mais « ne nous laisse pas entrer en tentation ». Cette nouvelle version sera appliquée dans toutes les célébrations catholiques de France à partir de ce dimanche 3 décembre.

La modification est infime mais elle a pourtant suscité un début de polémique. Les évêques de France, réunis à Lourdes en Assemblée plénière au printemps, ont décidé de modifier la sixième « demande » des sept que compte le « Notre Père » afin d’exonérer Dieu de toute intervention dans l’incitation au péché.

Ainsi, « ne nous soumets pas à la tentation », qui laissait à penser que les fidèles étaient poussés par leur Dieu dans cette direction, sera remplacé par « ne nous laisse pas entrer en tentation », qui implore plutôt leur Créateur de les protéger de ce faux pas.

Une nouvelle traduction, fruit de dix-sept années de travail

Cette nouvelle traduction en français de la Bible liturgique avait été validée par le Vatican à l’été 2013. Fruit de dix-sept années de travail, ce feu vert était resté jusqu’ici lettre morte. L’utilisation des nouveaux livres, prévue à partir du 5 mars dernier, avait été reportée, en raison de divergences de vues entre les Conférences épiscopales francophones et la Congrégation pour le culte divin à Rome, selon La Croix.

« Ce changement va bouleverser certaines habitudes, susciter un peu de bafouillage pendant quelque temps », avance Mgr Guy de Kerimel, président de la commission épiscopale pour la liturgie au sein de la Conférence des évêques de France. Et il ajoute : « En soi, la traduction n’était pas fausse, mais l’interprétation était ambiguë. »

 

Problème théologique

Mais cette nouvelle formulation a aussi ses adversaires. Ainsi, le Conseil national des évangéliques de France estime qu’en exemptant le Créateur de toute responsabilité dans la tentation, « elle édulcore la souveraineté de Dieu ».

L’Église espère, quant à elle, que ce dépoussiérage sera « l’occasion pour les chrétiens de se réapproprier le Notre Père ».

Source