Lionel Messi a également évoqué l’équipe de France, prochain adversaire de l’Albiceleste en huitièmes de finale.

Actualités Argentine Coupe Du Monde 2018 Football Sport
81 Views

Forcément ravi de la qualification décrochée par l’Argentine face au Nigeria (2-1),

 

L’Argentine peut souffler. Au bord du gouffre depuis la gifle reçue cinq jours auparavant face à la Croatie (3-0), l’Albiceleste sera finalement bien au rendez-vous des huitièmes de finale de la Coupe du monde en Russie. Finalistes il y a quatre ans, les Argentins ont en effet arraché leur qualification dans les ultimes minutes de leur rencontre face au Nigeria (2-1).

Une qualification synonyme de choc au sommet face à l’équipe de France, samedi, à Kazan. Des Bleus que Lionel Messi assure bien connaître et dont il entend se méfier. Contre la France, ce sera difficile. Je le sais, j’ai vu tous leurs matches, a-t-il ainsi expliqué à l’issue de la rencontre dans des propos relayés par la BBC. Et le joueur du Barça de détailler: “La France a une très bonne équipe, ils ont des bonnes individualités. Ils ont des bons défenseurs, de bons milieux et de bons attaquants. Ils ont des joueurs très rapides qui peuvent faire la différence, des coéquipiers (au Barça) devant (Ousmane Dembélé) et derrière (Samuel Umtiti).”

Auteur du premier but face aux Super Eagles avant que Marcos Rojo n’endosse le costume de héros, le quintuple Ballon d’Or n’a jamais douté de la qualification de l’Argentine. “Nous étions convaincus que nous allions gagner ce match”, a-t-il assuré, savourant son bonheur: “C’est merveilleux d’avoir gagné de cette façon. C’est une joie bien méritée.”

Car malgré cette ouverture du score précoce, l’Argentine est passée tout près de la correctionnelle. “Apres avoir contrôlé la première mi-temps, on pensait que ce serait pareil en seconde période, mais à cause du penalty, ça n’a pas été le cas, a-t-il concédé. On a réussi à se qualifier mais on ne pensait qu’on souffrirait autant.” Et ce malgré un soutien de poids. Je savais que Dieu était avec nous et qu’il n’allait pas nous laisser tomber, a-t-il affirmé.