L’Espagne a signé son premier succès dans ce Mondial face à l’Iran (1-0) ce mercredi

Actualités Coupe Du Monde 2018 Espagne Iran
221 Views

 Au terme d’une rencontre où les Iraniens ont défendu avec beaucoup d’abnégation.

Cette fois-ci, le plan n’a pas fonctionné. Vainqueur face au Portugal (1-0) sur le fil après avoir subi une bonne partie de la rencontre, l’Iran s’est incliné ce mercredi face à l’Espagne lors de son deuxième match. Mais, avec un peu plus de réussite, les hommes de Carlos Queiroz, qui ont défendu valeureusement, aurait pu arracher un match nul.

Battue sur un but de Diego Costa dont le genou a contré un dégagement du défenseur Ramin Rezaeian, la «Team Melli» a montré un visage positif et a patiemment semé le doute dans l’esprit d’une équipe espagnole, dominatrice sans parvenir à concrétiser la plupart de ses occasions.

Avant la rencontre, Alireza Beiranvand, le gardien de l’Iran avait prévenu que son équipe allait rendre la tâche de l’Espagne très compliquée. Il n’avait pas menti. A la pause, malgré une possession de balle de 82%, les Espagnols n’avaient cadré qu’une frappe sur dix tentatives : un coup franc de David Silva tranquillement capté par le portier iranien (25e).

Au retour des vestiaires, Costa a donc profité d’un dégagement de Rezaeian sur son genou pour tromper Beiranvand, le gardien iranien, jusqu’ici impeccable. Une minute avant, la frappe d’Ansarifard, qui a terminé dans le petit filet, avait fait tremblé les Espagnols. Huit minutes après l’ouverture du score, les hommes que Queiroz ont cru avoir égalisé mais Ezatolahi était hors-jeu quand il a repris le coup franc d’Hajsafi. L’Iran, au culot, a continué de pousser et Taremi a eu deux opportunités de marquer (76e, 82e).

Au final, ce sont logiquement les Espagnols qui ont remporté ce deuxième match, mais sans véritable maîtrise face à une formation iranienne qui avait décidé de jouer sur son principal atout : sa capacité à bien défendre.

Rien n’est terminé pour l’Iran, désormais troisième du groupe B derrière l’Espagne et le Portugal et qui pourra tenter d’aller décrocher sa qualification, lundi prochain, à Saransk, contre les Portugais. L’Espagne, elle jouera le Maroc, déjà éliminé.

Le fait : le but logiquement refusé à Ezatolahi

Huit minutes après l’égalisation de Diego Costa, l’Iran obtient un coup franc à 20 mètres des buts de De Gea. Le capitaine, Ehsan Hajsafi, prend son temps pour le tirer et trouver Saeid Ezatolahi à la retombée du ballon. Le milieu de terrain frappe et trompe De Gea pour la plus grande joie des Iraniens qui célèbre déjà leur égalisation. Malheureusement pour la Team Melli, l’arbitre de touche avait levé son drapeau pour signaler un hors-jeu d’Ezatolahi. La vidéo confirmera la position illicite et le but sera logiquement invalidé.

Le joueur : Costa talonne Ronaldo

Auteur d’un doublé lors du premier match face au Portugal (3-3), Diego Costa a inscrit ce mercredi son 3e but dans la compétition, un de moins que Cristiano Ronaldo, le meilleur buteur de la compétition. On ne peut pas dire que ce soit le plus beau de sa carrière mais il s’agit sans doute de l’un des plus importants. Comme le reste de l’équipe espagnole, Costa a vécu une soirée compliquée face à des défenseurs iraniens qui l’ont parfaitement muselé. Mais il a fait le boulot et permis à son équipe de remporter trois points précieux dans la course aux huitièmes. Alors qu’il avait raté son Mondial 2014 au Brésil en ne marquant aucun but, Costa est d’ores et déjà une homme-clé de l’Espagne dans cette phase de poule.