Le plat complet une autre appellation du sex anal , considéré comme la pratique sexuelle la plus taboue,

Actualités Sante Société
217 Views

Même au sein des couples les plus libérés. Parce qu’il touche à une partie du corps souvent dénigrée, le sexe anal reste dans la plupart des esprits le sexe absurde…

 

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, La sodomie chez l’homme est pratiquée en Grèce et à Rome dès l’Antiquité : éducation sexuelle, le sexe anal est alors envisagé comme un moyen pour le maître de transmettre une expérience à son élève. A partir du Moyen-Âge, cette pratique regroupe toutes formes de sexe à visée non reproductrice : la masturbation, la fellation ou encore le coït interrompu. Pour des motifs d’ordre religieux évidents, la sodomie revêt dès lors une connotation négative.
Parce qu’elle ne permet pas de se reproduire, mais aussi parce qu’elle est très répandue chez certaines espèces animales ainsi que chez les couples homosexuels, la sodomie est longtemps apparue comme une pratique déviante et contre-nature. D’autant plus que l’anus est la porte de sortie des déjections, et pour cette raison assimilé à une partie du corps sale. Encore aujourd’hui, plane de manière inconsciente sur le sexe anal une connotation taboue.

 

Toute fois Si la stimulation de la zone anale de la femme est propice à l’excitation, voire au plaisir sexuel, la pénétration en elle-même peut être source de douleur. En outre, le sexe anal conserve une connotation violente, à l’encontre de tout romantisme. Ces sentiments comptent parmi les arguments à l’encontre de la sodomie chez la femme, au grand désarroi de beaucoup d’hommes qui fantasment sur un orgasme décuplé par cette pénétration d’un genre inédit.

 

En effet, ce n’est pas que la sodomie. Cela englobe des pratiques plus ou moins confidentielles. Et il existe de plus en plus d’adeptes qui, une fois le premier pas effectué et la peur envolée, reconnaissent à ces pratiques toutes leurs vertus !

Pierre Kevin